Le souverain suisse dit stop à l’extrémisme pseudo-religieux et criminel

Le Comité d’Egerkingen se réjouit que la majorité du peuple et des cantons aient, dans un acte de raison, voté pour l’initiative populaire « Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage ». C’est un verdict clair en faveur d’un vivre-ensemble pacifique dans notre société, dans laquelle la dissimulation du visage motivée par des croyances islamiques radicales ou par des buts criminels n’a pas sa place.

Lire la suite

Nous montrons notre visage !

Les médias, le Conseil fédéral et de nombreux hommes politiques, parlent presque exclusivement de burqas et de niqabs, dans l’espoir d’avoir un impact négatif sur le prochain vote du 7 mars 2021 sur l’interdiction de se dissimuler le visage. Bien sûr, il s’agit également du port de burqas, mais surtout de manifestants, de contestataires, des hooligans, de terroristes et de criminels qui se cachent le visage !

Lire la suite

La burqa, la Constitution et le fédéralisme

Le 7 mars prochain, les citoyens suisses seront appelés à voter sur l’initiative populaire appelant à l’inclusion dans la Constitution fédérale de l’interdiction de se dissimuler le visage dans les espaces publics, exception faite pour des raisons de santé (par exemple les masques sanitaires en cas d’épidémie), de sécurité, de conditions climatiques et de coutumes locales (carnaval, etc.).

Lire la suite

Vote sur la burqa: le Parlement n’a pas suivi le bon exemple français (et tessinois)

L’interdiction de se dissimuler le visage en public, qui sera mis en votation en Suisse le 7 mars 2021, est en petite partie seulement une mesure de sécurité mais c’est surtout un choix de civilisation nécessaire pour sauvegarder l’exigence minimale de la relation sociale et du «vivre ensemble». Cette interdiction ne porte donc pas atteinte aux Droits de l’homme, comme l’avait d’ailleurs jugé la Cour européenne des Droits de l’homme en 2014, en exprimant son avis sur la loi française contre la dissimulation du visage dans l’espace public, loi entrée en vigueur le 11 avril 2011.

Lire la suite

La burqa, l‘hypocrisie des féministes de gauche et les droits des femmes

Du point de vue de l’émancipation des femmes par rapport aux hommes, la pire religion est sans doute celle de l’islam, qui reconnaît, par exemple, le droit aux maris de posséder leurs femmes comme et quand ils le souhaitent, c’est-à-dire, en pratique, de les violer (Coran, 2:223), et de battre celles qui se rebellent (Coran, 4:34); c’est aussi la seule religion au monde qui admet l’esclavage sexuel (Coran, 4:24/23:1-6/33:50).

Lire la suite

Les gens libres montrent leur visage !

Notre initiative aborde des questions fondamentales du vivre-ensemble : vou-lons-nous autoriser en Suisse la dissimulation du visage, symbole de l’oppression de la femme ? Voulons-nous laisser faire les casseurs qui se dis-simulent le visage pour attaquer d’autres personnes ? Notre réponse est non ! Les expériences faites au Tessin et à l’étranger montrent que les interdictions de se dissimuler le visage dans l’espace public ont parfaitement fait leurs preuves.

Lire la suite

Montrer son visage dans l’espace public : une question de civilisation

Cette initiative répond-elle à un problème réel ou relève-t-elle d’un simple fan-tasme ? A moins d’être aveugles, nous savons tous que des femmes qui sor-tent dans l’espace public le visage entièrement couvert, généralement par un niqab, on en voit, même dans une petite ville comme Sion. Pas tous les jours, heureusement, mais on en voit. Et plutôt de plus en plus souvent que l’inverse.

Lire la suite

L’interdiction de la burqa et les touristes arabes

Les opposants à l’initiative contre la dissimulation du visage, qui sera mise en votation le 7 mars, ne savent plus quoi inventer pour convaincre les citoyens et les citoyennes suisses à voter contre. Ils savent très bien que le voile islamique intégral couvrant le visage (burqa ou niqab) ne plaît pas à la grande majorité des habitants de notre beau pays, y compris les quelque 500 000 musulmans (ils étaient 12 000 en 1970…).

Lire la suite

Défendons les acquis de la lutte pour les droits de la femme

En 2016, les forces soutenues par les États-Unis d’Amérique sont finalement entrées dans la ville de Manbij, dans le nord de la Syrie, pour libérer les habi-tants qui s’y trouvaient encore de la tyrannie de l’État islamique. Des vidéos ont rapidement fait le tour des médias sociaux, qui montraient des musulmanes brûlant ostensiblement leur burqa et leur niqab et des hommes se rasant la barbe.

Lire la suite