Liberté

Les gens libres montrent leur visage

Dans les États européens libéraux tels que la Suisse, l’une des valeurs fondamentales et inaliénables du vivre-ensemble consiste dans le fait de montrer son visage. La possibilité, pour chaque individu ayant une personnalité propre, reconnue par tous, d’avoir ses opinions et de les exprimer librement à visage découvert est l’un des piliers de l’ordre social libéral occidental.

Les gens libres – femmes comme hommes – se parlent à visage découvert. Aucune personne libre ne dissimule son visage. En Suisse, le pays de la liberté, nul ne devrait être contraint de dissimuler son visage.

La démocratie, portée par des citoyens jouissant de droits égaux, vit du dialogue, de la concurrence pacifique des idées. Dans une société démocratique, cette concurrence des idées et l’expression d’opinions et de valeurs personnelles se font à visage découvert, entre interlocuteurs identifiables.

La démocratie et l’égalité des droits seraient foulées aux pieds si des personnes refusaient – volontairement ou sous la contrainte – de se montrer en tant qu’individus dans le cadre de ce débat ouvert et démocratique.

Il est dès lors inadmissible et infondé d’assimiler l’interdiction de se dissimuler le visage à des « prescriptions vestimentaires imposées par l’État », ainsi que certains opposants à l’initiative se plaisent à le faire sur le ton de la raillerie et sous le couvert d’arguments prétendument libéraux.

L’interdiction de se dissimuler le visage n’est pas une prescription vestimentaire. Au contraire, elle libère les femmes de l’oppression religieuse, dont la dissimulation forcée du visage est l’expression.

Défendre cette liberté relève bien davantage des valeurs libérales que le fait de défendre, sous des airs pseudo-libéraux, les excès d’un islam politique radical en contradiction fondamentale avec les valeurs des Lumières.

Vers le chapitre "Lutte et protection contre le terrorisme"

Voir nos autres arguments

arguments

Expériences faites dans le canton du Tessin

Juridique