Droits égaux

Principe de l’égalité entre les femmes et les hommes

Que les femmes, tout comme les hommes, montrent leur visage dans l’espace public relève également d’une exigence d’égalité élémentaire. Dans les démocraties occidentales, où l’égalité des sexes s’est depuis longtemps imposée, les gens agissent en toute liberté. Ils expriment leur personnalité et montrent leur visage, notamment dans le cadre du dialogue politique et social.

Certains affirment parfois que les femmes considèrent le port du voile intégral – qu’il soit volontaire ou ordonné par des hommes – comme un bienfait, parce qu’il les protège du regard des hommes. Ces affirmations sont une tentative de justification contraire à la vérité et fondée sur des idées dépassées.

Le fait qu’un grand nombre de femmes qui ont été ou sont encore obligées de se dissimuler le visage essaient d’échapper à cette contrainte au prix de grands sacrifices, est un démenti cinglant à cette affirmation.

Il est absurde, voire carrément insultant de supposer que toute femme qui sort de chez elle sans se dissimuler le visage n’a rien d’autre en tête que de séduire les hommes qui croisent son chemin. Et il est tout aussi absurde et insultant d’insinuer que tout homme qui croise le chemin d’une femme non voilée dans l’espace public est tenté de la violer.

L’Occident est attaché aux traditions de la liberté et de la responsabilité personnelle. Les prescriptions adressées aux femmes en matière de port du voile, qui ont leur origine dans l’interprétation salafiste de l’islam – et qui sont également rejetées par nombre de musulmanes –, paraissent par contraste bien moyenâgeuses.

Si les pays islamiques veulent édicter des prescriptions en matière de port du voile sur la base de la charia, c’est leur affaire. Par contre, la dissimulation du visage n’a pas sa place dans les sociétés occidentales fondées sur l’État de droit.

Vers le chapitre "Les gens libres montrent leur visage"