Stopper l’extrémisme ! Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage

Le Comité d’Egerkingen a lancé la phase active de la campagne de votation relative à l’initiative populaire « Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage » par une conférence de presse, au cours de laquelle il a présenté ses arguments. C’est pour protéger la liberté, l’égalité et la sécurité que le comité s’engage en faveur de l’interdiction de se dissimuler le visage dans l’espace public. L’obligation de porter un masque édictée pour lutter contre le coronavirus n’est pas affectée par l’initiative, qui prévoit des exceptions pour les personnes qui doivent se dissimuler le visage pour des raisons de santé, de sécurité, climatiques ou en raison de coutumes locales.

Une personne libre montre son visage

Dans les États éclairés tels que la Suisse, les femmes et les hommes libres se parlent à visage découvert. La dissimulation du visage dans l’espace public est contraire à l’esprit libéral du vivre-ensemble : nos valeurs sont foulées aux pieds si certaines femmes n’ont plus le droit, dans notre société, de se montrer dans leur individualité.

Oui à l’égalité entre les hommes et les femmes

Le principe de l’égalité – élémentaire s’il en est – veut que les femmes aient le droit de montrer en tout temps l’intégralité de leur visage en public, comme les hommes. Des femmes du monde entier se battent pour conquérir cette liberté et tentent, au prix de grands sacrifices, d’échapper à l’obligation qui leur est faite de se dissimuler le visage et de faire acte de soumission. Affirmer d’un ton moqueur qu’une interdiction de se dissimuler le visage n’est qu’une prescription vestimentaire est une insulte à l’égard de toutes les femmes qui sont victimes des dérives d’un islam radical.

Garantir la sécurité et l’ordre – pour en finir avec les casseurs masqués !

Notre initiative vise aussi expressément les personnes qui se dissimulent le visage avec des visées criminelles et destructrices. L’interdiction de se dissimuler le visage dans tout le pays permettra d’assurer la sécurité juridique : elle renforcera la position des organes de sécurité et leur permettra de lutter résolument contre les délinquants masqués. Il est grand temps de mettre fin aux agissements des casseurs, des hooligans et des extrémistes masqués qui se dissimulent le visage pour attaquer d’autres personnes ou pour porter atteinte à la propriété d’autrui !

L’initiative n’est contraire ni à la liberté de religion ni à la liberté d’opinion

Dans un arrêt rendu en 2014, la Cour européenne des droits de l’homme indique que l’interdiction du port de la burqa et du niqab en public est proportionnée et n’est contraire ni à la liberté de religion ni à la liberté d’opinion. La burqa et le niqab ne sont en outre pas mentionnés une seule fois dans le Coran. Il n’est donc pas étonnant qu’une grande partie des musulmans s’opposent, comme la plupart des non-musulmans, à une dissimulation complète du corps des femmes.

Le Comité d’Egerkingen